À 67 ans, ce dentiste à la retraite découvre l’humanitaire


Jean-Claude Baudry a tenu un cabinet à Mirebau (Vienne, Nouvelle-Aquitaine) pendant plus de 35 ans. Désormais à la retraite, il a répondu il y a quelques mois à l’appel d’une ONG de l’Eure, « Liberté pour les Chamelles » pour participer à une mission humanitaire en Haïti. Pendant quinze jours, avec une équipe d’une douzaine de soignants (dentistes, médecins, kiné, infirmières), il a soigné les populations de deux villages reculés dans la montagne du pays.


Dans une interview donnée à La Nouvelle République Jean-Claude Baudry raconte : « A Madame Joie, on a aménagé notre centre médical dans l’église. A Ranthionoby, c’était dans l’école. On a débarqué avec des grandes malles remplies de matériel de soins. On était deux dentistes. On était équipés de valises solaires, ce qui nous a permis d’utiliser des tours dentaires, et donc de pratiquer des soins, pas seulement des extractions. On a pu travailler dans les mêmes conditions d’hygiène et de sécurité qu’en France, avec du matériel de très bonne qualité, stérilisé. »


Bilan de la mission : 456 extractions et 310 dents soignées. Le dentiste bénévole reconnait que cela représente un nombre important d’extractions mais il explique : « On n’avait pas le choix vu l’état des dents, il fallait éloigner le risque d’infection ou de septicémie. Il fallait aussi prendre en compte le fait qu’on ne reviendrait pas ensuite. Il ne pouvait pas y avoir de deuxième rendez-vous. »


Une chose est certaine, Jean-Claude Baudry sera marqué à vie par cette aventure : « C’est une des plus belles expériences de ma vie. J’ai fait des rencontres extraordinaires. Pendant quinze jours, on a vécu dans des conditions assez spartiates. On dormait sur des lits pneumatiques les uns à côté des autres, on se lavait avec des lingettes… Mais l’essentiel était ailleurs : j’ai vraiment eu l’impression de me sentir utile. Par manque de temps pendant ma carrière, je n’avais jamais fait d’humanitaire. Maintenant que j’y ai goûté, j’aimerais y retourner. »


Source : La Nouvelle République

15 vues