Innovation : bientôt des tatouages qui changent de couleur selon votre état de santé ?



Une équipe de chercheurs allemands travaille au développement d’une encre de tatouage capable de changer de couleur en fonction de l’état de santé de la personne qui le porte. Une invention qui pourrait bien révolutionner le quotidien des personnes ayant besoin de vérifier très régulièrement le niveau de certaines substances dans leur organisme comme les diabétiques, les malades atteints d'insuffisance hépatique ou encore de désordres acido-basiques.


Comme pour les tatouages traditionnels, l’encre doit pénétrer sous la couche superficielle de la peau et atteindre le derme. Une fois dans la peau du patient et en contact avec les veines et grâce à des capteurs colorimétriques sensibles à l’activité biologique, l’encre change de couleur en fonction du taux du composé organique surveillé : glucose, pH sanguin… Grâce à une application dédiée les patients pourrons analyser précisément la colorimétrie de leur tatouage et connaître le taux exact de glycémie ou de pH dans leur sang en prenant une simple photographie de la zone tatouée avec leur Smartphone.


Pour l’instant, les tatouages ont été testés sur de la peau de porc. « Il sera possible de l’appliquer à l’homme dans 5 ans » a affirmé Ali Yetisen, l’un des chercheurs de l’équipe à France Info. « Nous sommes aussi en contact avec des institutions aux Etats-Unis et en Allemagne pour développer le projet ». Selon les chercheurs, il serait possible de se faire tatouer chez des professionnels du tatouage ou directement à l'hôpital. Mais « pour l'instant, rien n'est encore mis en place, ce sont des pistes », a-t-il expliqué.


Si aujourd’hui les chercheurs peuvent mesurer le glucose et l’acidité, ils travaillent également à développer une encre capable de mesurer la déshydratation en analysant le sodium et autres ions nécessaires pour rester hydraté, ainsi que le calcium, pour calculer la perte osseuse lors des voyages dans l'espace… Ils ambitionnent aussi d’utiliser ce nouveau concept pour savoir si une personne âgée a bien pris ses médicaments… Les possibilités d’application sont nombreuses, d’autant plus que ces tatouages ne seront pas nécessairement apparents : « Nous pourrons faire aussi des tatouages invisibles, avec des teintures infrarouges qui ne seront visibles qu'avec l'application dédiée ».


Voilà de quoi rassurer les personnes hostiles à l’idée de garder un même motif à vie sur leur corps… En revanche, une question reste encore en suspens : celle de la protection des données transmises à l’application. Que deviendront les données ? À qui profiteront-elles ? Si des lois comme le récent RGPD (règlement européen sur la protection des données) existent en Europe pour sécuriser les données et éviter les comportements malveillants, Ali Yetisen a confié à France Info qu’il souhaitait « accentuer la garantie, pour les patients, que leurs données ne soient pas vendues ».


Source : France Info

3 vues