Un dentiste radié par le conseil de l’Ordre faute de propreté dans son cabinet


Suite aux signalements de deux patients déposés en juin et juillet 2019, l’Ordre des dentistes a récemment contrôlé le cabinet d’un praticien installé dans de l'Eure depuis 1989. Le rapport de l’Ordre fait état « de graves manquements à l’hygiène et les risques pour la santé des patients ».


Le local d’exercice du dentiste était, selon les mots de l’auteur du dit rapport, dans un « état de malpropreté qui ne pouvait résulter que d’un défaut de nettoyage persistant tant sur la surface des meubles que dans les tiroirs où sont entreposés les instruments ».


Parmi les manquements observés : la salle de stérilisation « installée dans une cuisine sombre et poussiéreuse, n’était pas pourvue d’une soudeuse à sachet, ni d’une cuve à ultra-sons. Si la salle était équipée d’un autoclave, le mis en cause n’a réussi à montrer ni qu’il l’utilisait régulièrement, ni même qu’il savait l’utiliser ».


Des faits qui ont conduit l'ARS de Normandie et l'Ordre des dentistes de l’Eure à demander la radiation du praticien pour non-respect du code de santé publique.


Lors de son audience, le praticien n’a pas su démontrer qu’il connaissait les règles d’asepsie des instruments dentaires. Un grave défaut qui fait courir aux patients des risques pour leur santé, a souligné la représentante de l’ARS. D'autant que les déchets d’activités de soins à risques infectieux n'étaient pas collectés : selon le rapport de l’Ordre, la boîte destinée à ces déchets était vide…


Le mis en cause a admis que son cabinet n’était plus aux normes tout en revendiquant « une pratique traditionnelle de l’art dentaire qui a toujours donné satisfaction à ses patients ». Il a également admis n'avoir suivi aucune formation depuis l'obtention de son diplôme…


À l’issue de l’audience, il a été radié par la chambre disciplinaire de l’ordre des dentistes de Normandie. Une décision susceptible d’appel et le mis en cause « actualise ses connaissances et dispose d’un cabinet respectant les bonnes pratiques de l’art dentaire ».


Source : Egora

10 vues